La redéfinition du mariage par l’Etat menace gravement les libertés individuelles

Le 08/11/2012

Après la séparation de l’Église et de l’État, allons jusqu’au bout et revendiquons sans crainte la séparation du mariage et de l’État. Il en va de l’avenir de la famille et de la liberté dans ce pays.

Après la séparation de l’Église et de l’État, allons jusqu’au bout et revendiquons sans crainte la séparation du mariage et de l’État. Il en va de l’avenir de la famille et de la liberté dans ce pays.

Tribune libre pour Nouvelles de France de Damien Theillier, professeur de Philosophie, président de l’Institut Coppet.

Les partisans du «mariage pour tous» ont tendance à identifier leur combat avec celui de la liberté individuelle. Malheureusement, c’est exactement le contraire. La redéfinition du mariage par l’État menace gravement les libertés individuelles.

Si vous n’êtes pas d’accord avec cette redéfinition du mariage, quand celle-ci sera imposée par la loi, aurez-vous le droit de le dire ? Les églises ou les communautés qui ne reconnaissent pas le « mariage » homosexuel ne seront-elles pas passibles de pénalités et ne feront-elles pas l’objet de poursuites judiciaires fondées sur des lois anti-discrimination ?

Allons plus loin, une telle redéfinition du mariage signifie en réalité la négation du mariage traditionnel fondé sur la différence sexuelle, protection irremplaçable et inestimable de l’enfant. Or, au nom de quoi un groupe d’intérêt particulier pourrait-il exiger, avec l’appui de l’État, qu’on détruise une institution de droit naturel ?

Le « mariage pour tous » n’est rien d’autre qu’une forme de constructivisme ou d’ingénierie sociale visant à réinventer une structure millénaire. De ce point de vue il faut se rendre à l’évidence, l’État ne protège pas la famille, il en est le véritable fossoyeur.

La police de la pensée homosexuelle

On peut parler de véritable dérive totalitaire quand on observe la police de la pensée homosexuelle à l’œuvre au Canada et aux États-Unis. Six États américains, dont New-York récemment, on légalisé le « same-sex marriage ». Récemment, plusieurs médias aux États-Unis ont comparé ceux qui s’opposent au mariage des homosexuels à ceux qui, au XIXe siècle, étaient en faveur de l’esclavage et ceux qui, au XXe siècle, s’opposaient à la déségrégation.

La diabolisation est en marche. Bien entendu de telles accusations sont parfaitement mensongères. Depuis des décennies, les couples de même sexe ont déjà obtenu toutes les libertés auxquelles ils avaient droit. Ils ont parfaitement le droit de revendiquer publiquement leur orientation sexuelle et de former n’importe quel type d’arrangement juridique de leur choix. S’ils veulent appeler leur contrat un mariage, ils ont toute liberté de le faire. Ils sont également libres de se marier dans le sens traditionnel du terme. Rien n’interdit à un homme gay de se marier à une femme ou à une lesbienne de se marier à un homme. Le mariage traditionnel n’est pas interdit aux homosexuels que je sache.

Bien entendu le mariage, ainsi compris, n’est pas ouvert à des couples de même sexe. La raison en est simple : il est défini par l’engagement d’un homme et d’une femme à fonder une famille. Partant de là, le mariage est ouvert à tous les adultes consentants et sans aucune exclusion. Ainsi parler d’atteinte aux droits des homosexuels est une escroquerie intellectuelle.

C’est aussi absurde que si on se plaignait que les clubs de nudistes violent les droits des porteurs de maillots. Car il est dans la définition même des clubs de nudistes de ne pas accepter les porteurs de maillots. Dès lors, ces derniers doivent-ils faire interdire les clubs de nudistes au motif que ceux-ci les excluent ? Ou bien faut-il que les porteurs de maillots exigent de l’État que l’appellation nudiste ne soit pas réservée aux seuls nudistes mais soit ouverte à tous ?

Alors au nom de quoi ceux qui choisissent de ne pas se marier au sens traditionnel du terme, pour des raisons personnelles, devraient-ils exiger de la loi l’abolition du mariage traditionnel ?

Encore une fois, c’est aussi absurde et injuste que si un groupe d’individus bien organisés, détestant l’orthographe, revendiquait l’abolition de ses règles au profit d’une sorte de novlangue parlée par quelques illuminés et qui serait imposée à tous.

Mais le projet totalitaire des lobbies LGBT1 ne s’arrête pas là. En Amérique du Nord, le soutien au mariage traditionnel peut désormais être passible de graves sanctions.

Lire la suite sur www.ndf.fr

Articles de la même rubrique


Publié par Rédaction le 08/11/2012

Il y a 16 réactions.

Par Louis Drounau, le 08/11/2012

C’est ahurissant (et triste) d’être professeur de philosophie et de n’avoir à ce point aucun sens de la logique! Argumentaire pauvre, rapprochements sans liens, aucune connaissance du droit ou de l’histoire, c’est désolant.

Par Jofrin, le 09/11/2012

A quand le mariage entre un nombre indéterminé de personnes de sexe indifférent?

Par minnie, le 10/11/2012

L´état est en train de détruire la famille, oui c´est vrai.
Que les homosexuel(le)s aient le droit de se mettre en couple et de se pacser c ´est déjà un trés grand pas de tolérance et une reconnaissance de leur « égalité » en matière de préference sexuelle.
Mais qu´ils réclament le droit au mariage et à l´adoption ou à la PMA, c´est une aberration.
Que dira t-on plus tard d´une petite fille « créee » par PMA avec un donneur anonyme et avec 2 lesbiennes pour maman?
Mlle.X..file de Mme et de Mme X???
c est du n´importe quoi et la porte ouverte plus tard à plein de problèmes psychologiques liés à la recherche du Qui suis-je ? que cette enfant se posera un jour.
Que lui dira t-on sur son père?
Même question pour les autres cas de figure ( 2 papas..).
Au niveau du droit de la succession, cela va être un vrai casse tête.
On est dans le « meilleur des mondes » , enfants tous crées artificiellement..
je vous invite à livre ce livre d´Aldous Huxley , vous en verrez les conséquences..

Par chouchou, le 12/11/2012

Je suis d’accord avec Minnie.
On peut faire, comme dans d’autres pays en Europe (et meme dans le monde), une union civile, qui gère le patrimoine et la protection de ceux qui y adhèrent…
Néanmoins, concernant le concept de famille, d’enfant et de filiation, on entre dans le tout et le n’importe quoi…..
Une femme n’est pas un homme, un homme nest pas une femme et l’unisexe n’existe que dans la tete d’utopiste qui mélange ‘dignité’, ‘égalité’, ‘similarité’….
Le ‘droit à l’enfant’ ne doit pas etre suprérieur au ‘droit DE l’enfant’…..
La parentalité ne peut etre qu’un lien juridique excluant tout lien du sang… Un enfant ne s’achète pas comme une boite de cassoulet ! Il n’est pas un simple produit de décoration….
Chaque situation a TOUJOURS des avantages mais aussi ses inconvenients…. Le principe meme de l’homosexualité est de ne pas se reproduire. Le vouloir est considérer un utérus ou du sperme comme ‘rien’…. Tant d’études développent les stades de la vie in utero…. manifestement, pour rien… :/
A la force de vouloir le beurre, l’argent du beurre, le crémier et la crémier, il me semble que tout cela ressemble surtout à de la vaseline….
A tout cela….
Qu’est ce un enfant ?
Qu’est ce qu’un père ?
Qu’est ce qu’une mère ?
(sans doute que les termes de papa et maman sont trop sexistes et ‘discriminateurs’, pour etre plus dans le ton adoptons tous le ‘moyamour’ (pourvoyeur bienpensant de moyens financier et d’amour)….

J’ìimagine qu’il y a autant de séparation dans les couples homo que les couples hetero…. Une question, un enfant né (issu) ‘biologiquement’ comment sera t-il considéré dans le cas d’une garde… en cas de séparation ?
Prenons le cas d’un enfant né dans une mère porteuse : est ce que la mère biologique a des droits ou des devoirs, le père biologique? le père-marié ? Si la mère biologique a fait cela ‘comme un travail’, ? Si elle refuse la maternité (prouvable par l’ADN), qu’en sera t-il des autres requetes de demande en paternitè ?
Le père biologique reste le père biologique, mais pourra t-il dire que les charges de l’enfant repose sur le compagnion ? A contrario, le compagnion, pourra t-il s’octroyer l’enfant sous motif de mariage et passer outre le lien du sang….
Au vu du nombre de séparations au jour d’aoujourd’hui, je trouverais INTERESSANT d’avoir des réponses à ce genre de question….

Par Pierre, le 12/11/2012

@Louis Drounau

votre commentaire s’applique à vous-même!

Par think a minute, le 12/11/2012

de plus, comme en Belgique, la prochaine étape sera l’école et l’endoctrinement obligatoire au nom de l’éducation sexuelle. pas sûr que tous les citoyens, même en faveur du projet, soient d’accord (mais on a bien entendu soigneusement évité de demander l’avis aux belges)

BELGA Mis en ligne le 23/07/2012

« Les établissements scolaires devront informer leurs élèves sur les thématiques de la vie affective et sexuelle.
L’association Arc-en-ciel Wallonie, qui regroupe les associations homosexuelles wallonnes, va créer des modules d’animation pour sensibiliser les élèves de 13 à 18 ans à l’homosexualité et aux questions de genre, indiquent les journaux de Sudpresse lundi.
Les modules consisteront en un partage d’expérience par un homosexuel, suivi d’une séance de questions-réponses. Ces modules seraient à la disposition des écoles qui le souhaitent.
Au cabinet de la ministre de l’Enseignement de la Communauté française, on confirme les contacts avec Arc-en-ciel Wallonie et on rappelle que les établissements scolaires devront informer leurs élèves sur les thématiques de la vie affective et sexuelle.  »

source: http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/751207/une-sensibilisation-scolaire-a-l-homosexualite.html

* document 2

circulaire de la Communauté française [gouvernement de la Région francophone de Belgique] n° 1669 sur le « Guide pédagogique « Combattre l’homophobie, pour une école ouverte à la diversité ».

Le guide est édifiant et mérite une lecture attentive

Circulaire: http://adm.cfwb.be/upload/docs/1861_20061117112547.pdf

Guide: http://www.enseignement.be/@librairie/documents/respel/doc/HomoPhobie-04.pdf

Par mimick, le 14/11/2012

La reconnaissance de la préférence sexuelle est une chose admise dans notre société et la reconnaissance du statut des homosexuels est déjà admis par le pacse, si ces derniers veulent plus de droits il suffit de mieux aménager le pacse.

En ce qui concerne le mariage c’est une honte que l’état se mèle de cette question, si le but est de détruire l’image traditionnelle de la famille on est dans la bonne voie.

Je suis entièrement d’accord avec minnie et chouchou, l’intérêt de l’enfant doit être au centre de tout.

Le mariage est l’union de deux personnes de sexe opposé en vue de fonder une famille.
Ne redéfinissons pas les codes de notre société en manque de répères, c’est ouvrir la boite de Pandore.

A quand la reconnaissance par l’état de la polygamie??
du mariage polygame ou du mariage polygame homosexuel??

On peut franchir bien des paliers dans le ridicule, jusqu’où ira l’état français, je vous le demande.

Par Eco Pol, le 16/11/2012

Mon éducation fait que le mariage est une reconnaissance de relation entre 2 personnes de sexe opposé.

Sémantiquement, il vaudrait mieux rester sur un autre terme pour les mariages entre individu de sexes identiques…

Le mariage est avant tout un problème de patrimoine … voir peut être de descendance … du patrimoine. Cette vision date des romains mais aussi de la création des 1er villages (-25000ans?!) . C’est depuis longtemps un aspect civil et de droits civils (romain) bien avant d’être un problème religieux (moyen-age en France IXiemeS)

Chez un certain nombre de musulmans ou autres religions, le mariage est lié à une quantité de ressources … On ne peut se marier à une femme que si on a les ressources suffisantes.

Je ne suis pas sur que le respect de l’enfant (et celui des anciens) ne soit pas supérieur dans certaines zones africaines notamment ou les enfants sont élevés dans le cadre de la famille élargie … ou d’une tribu

Par exemple, je me pose de sérieuses questions concernant les contraintes culturelles et/ou religieuses qui imposent à des prêtres ou leurs équivalents de ne pas se marier. J’y associe dans mon esprit les problèmes sociaux et sexuels de tout ordre. Cela me parait tellement grave que je souhaite que ce type de contraintes soit interdit.

Quant aux notions de polygamies et de polyandries, ce sont surtout des aspects sociaux … du sans doute à des contraintes extérieures richesse, rapport du nombre de femmes/nombre d’hommes voir peut être biologiques …

Dans la religion catholique, les prêtres maronites ont le droit d’être! mariés.

Merci. Cdt.

Par zelectron, le 19/11/2012

Je croyais qu’il fallait abattre la famille (implicitement supprimer le mariage) dans le communisme pur et dur et confier les enfants aux crèches collectives (collectivistes) afin de (dé)former leurs esprits* (malléables) pour la plus grande gloire du parti !
*grâce aux commissaires du peuple qui ne se privaient pas de gestes déplacés (et plus encore)

Par minnie, le 19/11/2012

Il est clair que les francais sont contre ce projet de mariage et de droit à la PMA pour les homos (qui sont quand même une forte minorité et qui ne réclament pas vraiment ce droit , un comble!).
Pourtant, je vous fais le pari que le gouvernement fera passer son projet de loi et cela malgré l´opposition franche des francais.
Le problème est , pourra t-on ensuite défaire ce que les socialistes s´apprêtent à faire…

  • Par aimard, le 19/12/2012

    il y a une chose dont on ne parle jamais :
    les grands parents.
    Quand un enfant issu d’une famille homoparentale va se marier et avoir lui-mëme des enfants, cet enfant aura donc, à la place d’un grand-père et d’une grand’mère, comme c’était le cas jusqu’à maintenant, un couple de grands pères ou un couple de grands mères.
    Quel genre de relation entre les grands parents dits normaux ( un homme et une femme ) et le couple homo ???
    Je ne voudrais pas que cela m’arrive !

    Allons plus loin :
    imaginons que les deux jeunes mariés soient tous les deux issus de couples homo ( mariés ) par exemple de quatre hommes qui deviendront grands parents de leurs enfants, le gosse là-dedans qui se retrouve avec quatre grands pères, vous croyez qu’il ne sera pas un peu déboussolé.
    cà ne me fait pas rire du tout

    Par Dom, le 09/01/2013

    @Louis Drounau

    Quand on est à ce point incompétent
    et qu’on est à court d’arguments,
    on se tait !

    Par Jean-Jacques Brossois, le 02/02/2013

    Bonjour à tous,

    Ce qui me choque particulièrement c’est qu’aucun média ne fasse mention de l’origine étymologique et notionnel du mot mariage.

    Voici ce que j’ai trouvé sur le site de Wikipédia.

    Est-ce vrai ou faut ? Je ne sais le dire, à vous de juger de la réalité.

    Origine étymologique et notionnelle.

    En français, le nom mariage provient du verbe latin maritare, issu de maritus, qui dérive, d’après une explication traditionnelle, de mas / maris, le mâle. L’adjectif qui lui correspond « matrimonial », provient du substantif latin matrimonium, issu de mater, la mère et signifiant également mariage. L’usage du mot latin matrimonium dans les textes juridiques et théologiques a largement contribué en Europe à l’élaboration de la notion. Il n’a pas laissé de substantif en français moderne, mais reste néanmoins présent en italien et en espagnol, sous la forme de matrimonio. Dans les pays d’Europe occidentale dont les langues découlent du latin, le cadre lexical du mariage renvoie donc à une forme juridique par laquelle la femme se prépare à devenir mère par sa rencontre avec un homme.

    Par Jean-Jacques Brossois, le 02/02/2013

    Bonjour à tous,

    Au lieu de mettre son nez dans tous les domaines de notre vie quotidienne l’état devrait plutôt s’occuper de ses missions régaliennes ou il a prouvé qu’il était complétement nul et incompétent.

    Par jamas, le 03/02/2013

    Comme le dit Jean Jacques Brossois à force de vouloir s’occuper de tout, l’état ne s’occupe plus de rien à fond.
    On déréglemente sur les grands principes, par exemple la famille et on réglemente sur des détails quasi inutiles, par exemple la taille des asperges sur les marchés.
    Je ne partage pas l’idée générale qui consiste à dire que le sociétal a un peu fâcheuse tendance à remplacer le social, lequel devrait primer.
    L’état c ‘est d’abord le sociétal, c’est à dire la manière d’organiser la société.
    Le social, sous entendu l’emploi dans la bouche des spécialistes, ça n’est pas d’abord l’affaire de l’état mais du marché de l’emploi.
    Le sociétal est au minimum aussi honorable que le social.

    Poster votre réaction

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *